Ce lundi 13 septembre 2021, le ministre Yankhoba Diatara aprésidé à la cérémonie d’ouverture de la 12e session de formation en Droit international des Droits de l’homme à Dakar.

Cette édition qui se penche, pendant deux semaines, sur le « Numérique et Droit international des Droits de l’Homme » est le rendez vous des expertises pour trouver des réponses relativement au développement des technologies et le respect des libertés.

C’est une occasion pour remettre l’humain au cœur de la transition Numérique afin de bénéficier de tous les effets positifs et de parer à toutes les possibilités de dérives à travers les technologies.

Initiée par la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté et la Fondation René Cassin de l’institut international des Droits de l’homme, cette session entame la réflexion autour de l’exercice des droits et libertés en adéquation avec les évolutions technologiques.

La cérémonie d’ouverture, tenue en présence de hautes autorités à l’instar de Mme Irène Mingasson, Ambassadrice de l’Union Européenne au Sénégal, Me Papa Sene, président du Comité Sénégalais des Driits de l’homme (CSDH), entre autres, a été pour le Sénégal une occasion de revenir sur les avancées réalisées par le Sénégal dans la mise en œuvre de la SN2025. Il s’agit de la mise en place du Conseil national du Numérique; la mise en place du cadre juridique du secteur des télécommunications; le vote de la loi sur les startups, le Startup Act, en 2020; la mise en place du Plan de Protection des Enfants en Ligne, la réalisation du Datacenter national qui contribuera fortement à notre souveraineté numérique, etc.

C’était aussi un moment de passer en revue les conventions et actes internationaux ratifiés par le Sénégal sur les Droits de l’homme et le numérique à savoir la résolution des Nations unies sur le droit à la liberté d’opinion et d’expression, le droit à la vie privée à l’ère du numérique…Au niveau continental et régional, le Sénégal a signé l’Acte constitutif de l’Union africaine, la charte africaine des droits de l’homme et des peuples, et la convention de Malabo.
Le Sénégal a également élaboré la stratégie nationale de cybersécurité, la SNC2022 avec la vision  » en 2022 au Sénégal, un cyberespace de confiance, sécurisé et résilient pour tous »

Les partenaires ont encore affirmé la confiance portée sur le Sénégal pour que les droits et les libertés soient respectés à travers les usages du numérique.