L’afflux vers les établissements de santé est d’autant plus inquiétant que le profil des patients montre que la maladie désormais n’épargne personne.
Ce qu’il faut surtout retenir, c’est que les jeunes sont actuellement les plus touchés.

A deux mois de la rentrée scolaire, devant un variant Delta fortement contagieux dont la propagation est à grande vitesse chez les jeunes, des actions fermes sont attendues pour protéger leur santé dans les établissements scolaires.

Les conditions sanitaires sont encore très floues
si l’on sait que le taux d’incidence en milieu scolaire dépassait déjà, de très loin, celui des adultes, même chez les enfants agés 3 à 5 ans. Cet été, les clusters se sont multipliés de façon alarmante dans les centres aérés et les colonies de vacances dans des pays où le variant Delta est majoritaire.

Un peu partout à travers le monde, les alertes se multiplient. Aux Etats-Unis, au Canada, en Inde, au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne… les pédiatres et les sociétés savantes continuent d’appeler à protéger davantage les moins de 12 ans.

C’est à notre tour, aujourd’hui, de tirer la sonnette d’alarme.
Des mesures efficaces de prévention des contaminations doivent être adoptées avant la rentrée des classes en Octobre prochain.

Protéger les jeunes doit compter au rang des premières urgences face au variant Delta.
Car la Covid-19 peut aussi entraîner des complications à moyen terme.

L’autre remarque est aussi que les femmes enceintes ne sont pas épargnées par le variant Delta.
Avec cette 3 ème vague, les femmes enceintes fuient les districts sanitaires et autres centres de santé de peur d’être contaminées. Beaucoup d’entre elles préfèrent rester à la maison avec tous les risques que cela comporte.

La question qu’on arrête pas de se poser est:
« l’éradication du virus est ce possible à ce jour »?
Je ne le pense pas; même si l’on a noté une légére baisse de la courbe de contamination de 10 pour cent cette fin de semaine, due à la vaccination selon les autorités sanitaires.

Mais vous le savez, le temps de la science n’est pas le temps de la politique évidemment. Pour avoir une immunité par le vaccin, il faut au moins 9 millions de personnes vaccinées, alors que depuis le début de la vaccination le Sénégal n’a pas encore atteint 2 millions de vaccinés.

Donc n’est il pas venu le moment d’utiliser de nouveaux moyens de communication pour inciter les gens à aller prendre leur dose?

Pour l’heure, le vaccin est la seule voie de salut pour faire reculer le nombre de décés et de contaminations?
Certes les clichets et les stigmatisations sont là..
Mais l’on doit faire l’éloge du doute puis que, ce qu’il faut savoir surtout, c’est qu’on ne sait rien de ce qui se passe.
Donc continuons de jouer la carte de la prudence et respectons les gestes barrières pour rester en vie !

Aly Saleh Journaliste/Chroniqueur