Décidément le débat sur l’emploi et l’employabilite ne finit pas de faire sa mue.
En tout cas les employés de Twyford Ceramics, entreprise multinationale créée en 2017, ne nous dementiront pas.
Leurs conditions de travail délétères les a menés à tenir le vendredi 2 avril au centre culturel de Nguekhokh (département de Mbour) un point de presse.
Par l’entremise du syndicat unitaire des travailleurs des industries minières et activitéS (SUTIMAC), les employés de Twyford disent en avoir ras le bol du non respect de « la dignité humaine » qui se caractérise par une durée de 12h de travail sans pause, un non respect des conditions sanitaire, sécuritaire et de protection .

Selon les syndicalistes « la précarité des conditions de travail des subalternes ne se justifie pas d’autant que l’état du Sénégal a facilité l’installation de l’entreprise avec toutes les faveurs ».

Poursuivant ils déclarent qu’ « au moment où la promotion de l’emploi est de mise par ces temps qui courent, l’administration Twyford promeut des chômeurs ».
Et pour cause, l’abus sur le renouvellement des contrats auquel l’employeur peut mettre fin après seulement six mois. Alors que le CDD (contrat à durée déterminée) de la convention de l’APIX peut être renouvelé tous les cinq ans.

L’insécurité n’à pas été occulté car l’environnement de travail selon toujours les frustrés l’entreprise est passible de toute violence avec « un chef chinois qui peut frapper, battre et agresser un employé noir sans être sanctionné ».
C’est pour ces faits que les employés de la dite centreprise alertent et décident de passer à « la vitesse supérieure » si rien n’est fait.

Par Khassim Seck