L’initiative de reboisement de la forêt de Mbao, dans le cadre des activités régionales de reboisement, suite à la cérémonie de la journée nationale de l’arbre présidée par le chef de l’Etat, a connu des péripéties malheureuses.

En fait, les populations regroupées autour de la plateforme pour le développement durable de Mbao ont été interdites de participation à cet événement citoyen.

Selon Babacar Gueye, vice coordonnateur de ladite plateforme, c’est le gouverneur qui leur a demandé de se mettre de côté parcequ’ils n’étaient pas invités. Le vice coordonnateur s’est donc interrogé sur cet acte qui cache mal une attitude puérile, enfantine de l’autorité. « Personbe n’a reçu d’invitation formelle pour participer à cette activité citoyenne. Nous en avons entendu parler sur les réseaux et en tant qu’acteurs nous avons décidé de contribuer surtout que nous sommes parmi les rares défenseurs de cette forêt qui est souvent agressée » a soutenu le vice coordonnateur.

Son coordonnateur, Guirane Diene lui emboîte le pas. « Nous sommes des défenseurs de l’environnement. Rt je crois que celui qui alerte et dénonce lorsqu’on coupe des arbres, n’a pas besoin d’invitation pour participer à une campagne de reboisement. Nous avons été surpris et déçus par ce comportement des autorités. Nous ne sommes pas armés, nous ne sommes pas des malfrats et nous sommes des habitants de Mbao qui contribuons à la préservation de son environnement » a lancé Guirane Diene. Avant de donner rendez vous très prochainement pour une initiative de reboisement du Collectif. Non sans rappeler que la préservation de cette est d’autant plus importante qu’elle permettra de davantage faire connaître le jardin botanique des eaux et forêts qui est implanté, et où les élèves et chercheurs du Sénégal devraient venir pour apprendre des différentes espèces florales qui y sont expérimentées.

Le MEDD botte en touche et dément

Le dementi sous forme de mise au point est du chef de cabinet du ministre qui signale que les membres de la plateforme n’ont pas été chassés.

« L’information circulant à Mbao faisant état que les membres de la plateforme pour le developpement durable ont été interdits d’accès à la forêt classée de Mbao, ce matin pour participer à l’activité de reboisement initié par le MEDD, est fausse et dénuée de sens » à rétabli Cheikh Diaw.

Poursuivant, il indique que les jeunes sont venus répondre à l’invite du Ministre comme tous les jeunes qui y étaient présents, mais ils avaient des banderoles.

« Croyant qu’ils etaient venus avec une intention autre que celui du reboisement, le gouverneur de Dakar leur a intimé l’ordre de déposer leurs banderoles dehors. Ceci fait, ils ont tous accéder à la forêt » a défenduCheikh Diaw.

Mieux, le chef de cabinet indique que le Ministre les a remerciés comme tous les participants lors de son face à face avec la presse.

Le debat de la forêt cimetières refait surface

Debout comme un seul homme pour dire non à une autre agression de la forêt de Mbao apres les passages du péage et du TER, le collectif pour le développement durable de Mbao dit niet à la proposition du ministre de l’environnement consistant à y ériger une forêt cimetières. Pour Babacar Gueye, ce projet, comparé à ce qui se fait à l’étranger comme à voulu le défendre le ministre de l’environnement, n’est même pas en phase avec nos pratiques et nos réalités funéraires.  » En Europe, pour enterrer dans ces forêts, il faut au préalable incinérer le corps du cadavre. Et ce sont les cendres de ce dernier qui sont inhumés. Chez nous, on ne brûle pas nos morts » a contré Babacar Gueye.

Informé du retrait du projet selon les propos du ministre, le vice coordonnateur du collectif ne s’en suffit pas.  » Des mots seulement seront insuffisants. Lorsque le ministre cherchait à réaliser le projet, il avait écrit au gouverneur pour convoquer la commission. Nous lui demandons d’écrire à ce même gouverneur pour lui dire de tout laisser tomber. La gestion de l’état n’est pas orale, elle écrite. Tant que nous n’aurons pas vu cette lettre qui atteste du retrait de ce projet, nous nous battrons pour l’obtenir » a clairement indiqué le vice coordonnateur.