Après le conseil d’administration de la Senelec qui donne carte blanche au Directeur général de renégocier le contrat avec Akilee, Papa Mademba Biteye, puisqu’il s’agit de lui, vient d’enregistrer un « soutien » de taille. La commission Energie et Hydraulique du mouvement national des cadres de Pastef (MONCAP), semble clairement être en phase avec le Dg. Mieux, les collaborateurs de Bassirou Diomaye Faye président du Moncap, recommandent même des sanctions parmi lesquelles le limogeage du ministre.

Dans un document bien argumenté, les cadres de Pastef ont annoncé avoir bien analysé le contrat et en ont retenu plus de points négatifs que positifs pour le contribuable et pour la Senelec.

L’analyse du contrat leur a ainsi permis de ne déceler que deux points positifs quant à la mise sur pied d’Akilee et qui pourraient être intégrés dans la gestion de Senelec. Il s’agit de la délégation par Senelec de certaines activités qui peut apporter une rapidité d’exécution car pouvant réduire les niveaux de validation; et de l’impact d’Akilee, depuis sa création en 2017, en termes de contribution à l’emploi des
jeunes ingénieurs formés au Sénégal et à l’étranger. L’entreprise compte
près de 100 salariés.


Sinon, c’est une kyrielle de manquements qui affectent gravement la boite. D’abord, la commission Energie et Hydraulique du Moncap estime que ce contrat constitue une violation manifeste des règles élémentaires de transparence et d’équité dans l’accès à la commande publique.
Selon eux, tous les risques et tous les coûts sont supportés par la Senelec ;
Ils dénoncent le fait que la plateforme de gestion des compteurs, les données énergétiques des clients, et du réseau de la Senelec resteront une propriété d’Akilee, ce qui créera un lien d’interdépendance dangereux pour une société nationale d’électricité.
« En commandant directement ces compteurs auprès du fournisseur, la
Senelec aurait pu acquérir et adapter à ses besoins le code source,
base de ce « business », l’intermédiation d’Akilee entre la Senelec et les fabricants de compteurs
ajoute un maillon supplémentaire à la chaîne d’approvisionnement avec
pour conséquence le renchérissement de la facture de la commande. Ce marché constitue un risque énorme pour l’activité de la Senelec qui
ne contrôle pas Akilee car ne détenant de 34% des parts de la société » ont démonté les membres du Moncap.

Poursuivant, ils font dans la projection en prenant en compte l’évolution rapide de la technologie, pour signaler que le fait de signer un tel contrat d’exclusivité de 10 ans à Akilee est une grave erreur de Management de la part de l’ex DG de la Senelec Mouhamadou Makhtar Cissé.

Pour eux, la gouvernance des données collectées dans le cadre de ce contrat n’est pas bien assurée et constitue un risque pour Senelec et les usagers de ses services, dans la mesure où :les données énergétiques représentent un enjeu crucial pour la planification stratégique du secteur de l’électricité et l’élaboration des schémas de développement des réseaux. Pire, une utilisation inappropriée des données énergétiques des clients domestiques peut porter atteinte à la vie privée. « Les données énergétiques des clients industriels sont des informations commerciales sensibles » ont-ils averti.

Revenant sur les objectifs visés dans le contrat, la commission est péremptoire sur le fait qu’aucun indicateur de performance ne permet de prouver l’atteinte de l’objectif de 345 milliards F CFA. Dans leur argumentaire, ils soulignent que Akilee n’a pas d’expérience pertinente relativement à un marché similaire en nature et en complexité et ne présente donc pas les capacités techniques et financières pouvant justifier cette exclusivité sur 10 ans.

En définitive, la commission est d’avis que les déséquilibres notés dans le contrat empêchent la préservation des
intérêts de la Senelec et des sénégalais.
A les croire, Akilee ne doit son existence qu’à la Senelec par le biais de Mouhamadou Makhtar Cissé et n’aurait pas existé dans un monde normal.

Au regard de ce qui précède, les cadres de Pastef jugent que rien ne justifie
l’externalisation par la Senelec d’une partie aussi névralgique de son
activité et l’attribution de ce marché à Akilee.
En conséquence, la Commission Energie et Hydraulique du MONCAP
réclame du Président de la République Macky SALL, plusieurs mesures fortes

Il s’agirai d’abord de faire annuler ce contrat truffé d’irrégularités et portant une atteinte grave aux intérêts de la Senelec et du Sénégal ;
Faire sanctionner les responsables de la Senelec ayant approuvé ce
contrat, dont le seul but est d’enrichir une bande de copains ;
Limoger l’ex DG de la Senelec et actuel Ministre du Pétrole et des
Energies, Mouhamadou Makhtar Cissé ;
Faire examiner les autres contrats conclus avec Akilee ou avec d’autres
entreprises comme Excellec mais aussi le Projet NSIC, afin de préserver
les intérêts des sénégalais ;
Faire auditer la Senelec par les corps de contrôle de l’Etat.

Evoquant la diligence que requiert la gestion d’un tel dossier, la commission souligne que la Senelec, étant au cœur du développement économique et social de notre pays, en tant que société nationale, devant servir l’intérêt général, mérite une attention particulière de la part du gouvernement. Un dossier aussi
scandaleux, notent-ils, doit etre élucidé au plus vite.