Mère Nature nous a fourni tous les outils nécessaires pour protéger l’humanité contre la propagation de pandémies mortelles, la montée des eaux, les conditions météorologiques extrêmes, les températures élevées, la dégradation des milieux naturels, les incendies incontrolés et autres catastrophes provoquées par la cupidité de la race humaine

Si seulement nous l’écoutions.

L’un des meilleurs outils qu’elle nous a fournis est l’écosystème que nous sommes en train de détruire.

À l’occasion de la Journée de la Terre, nous nous penchons sur les capacités de la Nature à se régénérer et à se protéger pour en tirer les leçons contre les crises globales qui nous menacent.

Au cours de la dernière décennie, le portefeuille d’adaptation basé sur les écosystèmes du PNUD, rendu possible grâce à un financement de plus d’un demi-milliard de dollars du fonds d’adaptation, du fonds pour l’environnement mondial et du fonds Vert pour le climat, a aidé les gouvernements à replanter plus de 213 000 hectares de mangroves et de forêts, et à protéger plus de 2 millions d’hectares de terres, 16 000 kilomètres de côtes menacées et 145 000 hectares d’habitat aquatique.

Ces efforts ont aussi permis de mieux gérer 853 800 hectares de terres agricoles et d’améliorer la vie et les moyens de subsistance de 25,5 millions de personnes vulnérables vivant en première ligne de la crise climatique mondiale.

Les mangroves nous préservent de catastrophes naturelles dévastatrices. Elles alimentent aussi les poissons qui nous nourrissent, elles absorbent le carbone et protègent les terres de l’érosion, au bénéfice de la biodiversité. C’est une valeur qui ne peut être convertie en argent ».Ismail Hosen -Bangladesh.

POURQUOI LES ÉCOSYSTÈMES ONT-ILS AUTANT D’IMPORTANCE ?

Le développement humain, économique et social repose sur la préservation des habitats naturels. Notre terre alimente les industries, fournit de l’eau fraîche, de la nourriture, un abri et des sources de revenus fiables. Les écosystèmes peuvent diminuer considérablement l’impact des inondations, des tempêtes et des sécheresses, et peuvent compenser de vastes quantités d’émissions de CO2 dans le monde.

Replanter les mangroves, protéger les milieux humides, ou pratiquer l’agriculture régénératrice sont des solutions bien pensées qui améliorent la résistance et les revenus de communautés fragilisées et permettent d’amortir les effets du changement climatique.

Une mangrove ou un récif intact fonctionnent de la même manière que des infrastructures « grises » coûteuses, telles que les digues. En fait, les récifs coralliens diminuent de plus de 4 milliards de dollars américains les pertes annuelles prévues en cas de tempêtes.

lire la suite ici https://stories.undp.org/journee-de-la-terre-2020