Le journaliste Pape Ale Niang a été enfin libéré. Mieux aucune charge n’a été retenue contre lui.

Le journaliste a été conduit au commissariat central de Dakar où il a passé la nuit du 20 au 21 février suite à un accident de voiture sur la Corniche à quelques mètres des locaux de la Rfm.

Il ressort que son véhicule a été heurté par un chauffeur qui aurait été dans un état d’ivresse. Et cela a été mis sur le dis du journaliste qui avait été sonné par le choc.

Pape Ale Niang a ainsi été invité à répondre à quelques questions pour établir le rapport de l’accident. Ceci fait, il a été libéré. Plus de peur que de mal car le journaliste n’a pas eu la moindre égratignure. Ses confrères, en l’occurrence Sambou Biagui et un autre ont effectué le déplacement au commissariat pour lui apporter leur soutien.

Acharnement

La leçon que le journaliste et ses confrères devraient tirer de cette affaire c’est l’acharnement qui l’a suivi. Surtout du côté de gens proches du pouvoir, plus précisément chez les jeunes. Ils ont inondé les réseaux sociaux avec l’information de son arrestation. Ensuite il s’est agi de l’accuser de conduite en état d’ivresse. Avant de vouloir enfin l’enfoncer avec les textes de loi, le code pénal et le code de la route.