Après avoir procédé à la révélation selon laquelle la Banque mondiale a imposé au Sénégal la hausse du coût de l’électricité pour lui accorder un prêt, Thierno Alassane Sall et la République des Valeurs reviennent à la charge dans le cadre de la série d’éléments qu’ils comptent mettre à disposition des populations sénégalaises. Intitulé « Augmentation du prix de l’électricité : Autopsie d’une genèse et de la mauvaise gestion de la SENELEC sous Macky Sall » et réalisé par la Cellule des Cadres de la RV, ce second jet met à nu, selon eux, « les diagnostics de la Banque mondiale sur la sévérité de la mauvaise performance du secteur de l’énergie que l’institution pointe du doigt pour justifier de l’augmentation du prix de l’électricité aux usagers ». Comme pour le premier, la RV signale que ce diagnostic est tiré du document de prêt pour les US$180 millions intitulé « Troisième Prêt de Politique Publique Multisectorielle » (TP3M) et de l’analyse des experts de la République des Valeurs.

« Ce document de prêt est négocié et validé avec le gouvernement du Sénégal qui souscrit donc au diagnostic et à l’évaluation que la Banque mondiale fait du secteur de l’énergie. Cette évaluation de l’institution de Bretton Woods est sans appel sur les échecs de la Présidence de Macky Sall : « Le secteur de l’énergie au Sénégal nécessite une transformation profonde pour le rendre financièrement abordable pour le pays. Il s’agit d’une priorité macroéconomique nationale. » (Page 22 du TP3M). Après huit ans au pouvoir, Macky Sall a donc échoué à gérer le secteur de l’énergie de manière efficace et transparente, lui qui devait bien mesurer les enjeux en sa qualité d’ancien DG de Petrosen, Ministre de l’Energie, Premier Ministre, Président de l’Assemblée Nationale. Cet échec s’observe sur toute la chaîne du secteur de l’électricité, de la production en passant par le transport et la distribution » ont signalé les Cadres de la RV.

Ils ont de ce fait noté que :

  • La SENELEC gaspille au moins 175 milliards de F CFA chaque année à cause d’un parc de production surdimensionné et trop coûteux : Le coût de production de l’électricité au Sénégal est deux fois plus élevé que dans des pays comparables (page 22 du TP3M). En effet, la SENELEC dépense 141 F CFA pour produire un kilowattheure (US$ 0,24/kilowattheure avec un taux de change de 588 F CFA au Dollar US d’après le document officiel de la Banque mondiale) alors qu’il devrait allouer moins de 59 F CFA pour produire un kilowattheure. Donc pour produire de l’électricité, la SENELEC dépense 175 milliards F CFA de plus qu’elle ne devrait chaque année (surcoût de 82 F CFA/kilowattheure * production de 2140 gigawattheure en 2017 d’après le rapport annuel de la compagnie). Les experts de la Banque mondiale associent ce surcoût à la dépendance de notre pays au fioul lourd mais estiment que le coût de production ne pourra pas descendre en deçà de 100 F CFA le kilowattheure d’ici 2026 (US$ 0,17/kilowattheure) sous les hypothèses que notre production de gaz est lancée et que les infrastructures nécessaires à la production d’électricité sont mises en place. C’est donc bien le parc de production du Sénégal qui est le problème. Ce parc est surdimensionné et trop coûteux et ne répond pas aux intérêts de notre pays.
  • La SENELEC pourrait économiser au moins 25 milliards par an en améliorant ses performances techniques et commerciales pour les aligner à des standards internationaux : La SENELEC dépense 302 milliards chaque année pour produire de l’électricité (2140 gigawattheures*141 F CFA/kilowattheure). La SENELEC achète également de l’électricité à des producteurs privés à des prix très différents. En faisant l’hypothèse d’un prix d’achat moyen de 65 F CFA, la SENELEC dépense donc environ 116 milliards de F CFA pour acheter cette énergie (1780 gigawattheures d’achat en 2017 d’après la SENELEC * 65 F CFA/kilowattheure). La compagnie dépense donc au moins 418 milliards de F CFA par an pour produire et acheter de l’énergie. Cependant pour chaque 100 kilowattheures d’électricité produit ou acheté, la Senelec en perd 20 kilowattheures avant de livrer l’énergie aux portes du consommateur final bon payeur, soit 20% de pertes qui s’élèvent à 84 milliards de F CFA « grillés » par la SENELEC chaque année. Dans un pays comme le Maroc par exemple, ces pertes sont environ de 14% (un pays pourtant plus grand en superficie avec une topologie plus montagneuse) mais seulement de 12% en Tunisie avant 2011 où les pertes commerciales étaient plus faibles. En hissant ses performances au niveau marocain qui est largement à sa portée, la SENELEC pourrait économiser au moins 25 milliards par an (418 milliards*20% – 418 milliards*14%).

Thierno Alassane Sall et ses collaborateurs estiment que « le citoyen sénégalais supporte le fardeau d’un Etat et d’une SENELEC inefficaces et non transparents à deux niveaux et c’est en cela que l’augmentation des prix de l’électricité est doublement irrationnelle et injuste ». Il s’agit premièrement du fait que chaque année des recettes fiscales payées par les citoyens et transférées à la SENELEC pour subventionner un secteur inefficace (125 milliards de F CFA en 2019, page 11 du TP3M). Ces ressources auraient pu répondre à des besoins pressants dans l’agriculture, l’éducation, la santé, la sécurité etc. L’autre fait, selon les cadres de la RV c’est que la SENELEC gaspille au moins 197 milliards de F CFA chaque année.

alors que les populations sont déja à bout de souffle devant cette dure situation, les cadres de RV signalent que le mal est profond et qu’il faudra s’attendre à encore vivre le calvaire pendant des années. « Les dégâts économiques et sociaux de cette gouvernance se feront sentir bien après 2024 quand Macky Sall quittera le pouvoir après son second et dernier mandat en nous laissant un parc de production d’électricité surdimensionné, inadapté par rapport a nos nouvelles ressources naturelles et une gouvernance de la SENELEC qui casse une compagnie plus qu’elle ne la rebâtit » ont prévenu les cadres de la République des Valeurs de TAS. Avant de donner rendez vous pour davantage de détails.