Le directeur du groupe de réflexion sur l’énergie et le climat Power Shift Africa, Mohamed Adow, a exprimé son soulagement à la suite de la nomination du nouveau président de la Cop 26 à Glasgow.

«Nous sommes soulagé que soit enfin nommé un président pour la COP 26 prochaine à Glasgow. Toutefois, le dur labeur doit commencer. Pour un sommet aussi crucial, il est inquiétant qu’Alok Sharma prenne les rênes à neuf mois de la fin. Il aura besoin de toutes les ressources du gouvernement et du service diplomatique pour éviter que la COP 26 en Grande Bretagne soit un échec. Il s’agit du premier véritable test britannique après le Brexit et jusqu’à présent, la Grande-Bretagne n’a pas semblé être un acteur sérieux sur la scène mondiale. Les yeux du monde sont rivés sur eux, les alliés du Commonwealth du Royaume-Uni en Afrique et dans le monde exigeront un résultat qui permettra à nous qui sommes en première ligne de la crise climatique d’être protégés» a prévenu Mohamed Adow