L’ambassadeur de France au Sénégal a bien choisi sa brèche pour défendre les entreprises françaises : le TER. Il s’est prononcé sur une question qui a suscité de vives critiques contre le gouvernement sénégalais.

Des critiques qui tournent autour de l’opportunité d’un tel projet et du non respect des engagements quant aux coûts et aux délais de livraison.

L’Etat sénégalais continuera de subir les récriminations des compatriotes sénégalais. Il souffrira de ses contrevérités et confusions dans ce dossier.

Mais de quoi se mêle l’ambassadeur de la France au Sénégal ?

Il ne doit en aucune manière s’immiscer dans l’exécution d’un contrat entre l’Etat sénégalais et un privé, fut-il une entreprise française.

Il est temps d’arrêter cette forme de diplomatie qui remet en cause le principe sacro-saint de la non ingérence dans les affaires internes d’un État.

Cette forme de diplomatie qui permet à un ambassadeur de se comporter dans un État souverain comme s’il était en territoire conquis est inacceptable.

Sur ce point, je suis en phase avec le gouvernement sénégalais suite au rappel à l’ordre et aux remontrances émis par le ministre des infrastructures à l’ambassadeur de France au Sénégal et au directeur de SENAC SA.

Toutefois, nous continuerons à réclamer à notre Etat plus de transparence et de vérité dans ce dossier.

Thierno Bocoum
President mouvement AGIR