Pourtant, plusieurs acteurs et activistes du climat avaient prévenu de la volonté du président Brésilien, Jair Bolsonaro de procéder à une activité commerciale industrielle de l’Amazonie. Il avait même été accusé d’être le principal responsable de cet incendie qui a avait suscité une réaction internationale. La gestion de cet incendie de l’Amazonie avait failli faire éclater un incident diplomatique entre le Brésil et la France lorsque Emmanuel Macron avait également pointé du doigt une irresponsabilité de son homologue. Dans un communiqué dont nous avons reçu copie, c’est l’Observatoire du Climat qui alerte sur la signature par Jair Bolsonaro d’un projet visant à vendre l’Amazonie à des sociétés minières. et devant cette situation, l’organisation estime qu’il appartient au Congrès, à la justice et aux investisseurs responsables d’arrêter la destruction maintenant.

« Le président d’extrême droite du Brésil, Jair Bolsonaro, a choisi de célébrer son 400e jour au pouvoir en signant et en envoyant au Congrès une proposition de loi visant à vendre de vastes portions de l’Amazonie à des sociétés minières, en ouvrant les terres autochtones à l’exploitation minière industrielle et aux mineurs sauvages » a fortement dénoncé l’Observatoire du Climat.

Si le projet est adopté par le Congrès, l’exploitation minière dans les terres indigènes, signifiée comme une exception par la Constitution brésilienne de 1988, deviendra la règle, entraînant ainsi une augmentation de la déforestation, des invasions de terres indigènes et des violences contre les peuples autochtones. Il approfondit également la falaise de réputation dans laquelle Bolsonaro a poussé le pays, consolidant l’image du Brésil en tant que destination risquée pour les investissements étrangers productifs. Les investisseurs responsables, préoccupés par la crise climatique, ne prendront guère la déforestation et le sang indigène dans leurs portefeuilles.

L’Observatoire du climat espère que le président de la Chambre, Rodrigo Maia, et le président du Sénat, Davi Alcolumbre, pourront honorer leurs engagements précédents de ne pas faire voter ce projet génocidaire. Ils ont tous deux donné leur parole que le Congrès rejetterait toute proposition préjudiciable à la forêt et à ses peuples. Il est temps de tester une telle détermination.

L’Observatoire du climat (Observatório do Clima, OC) est un réseau brésilien de 47 ONG et mouvements sociaux. Il a été créé en 2002 pour faire avancer le dialogue, les politiques publiques et les processus décisionnels sur le changement climatique au Brésil et dans le monde.