Le Collectif de lutte contre la hausse du prix de l’électricité, Noo Lank a tenu une conférence de presse pour apporter des éclairages sur la situation qui sévit en son sein.

Le Collectif a d’abord renseigné sur la division qui y aurait été notée et qui aurait suscité même le départ de certains membres. Selon Oumar Waly Zoumaro, le Collectif ne connait aucune division.

Cette division qui aurait été causée par des rentrées d’argent reçu lors de leurs visites chez les acteurs politiques et autres personnalités, est aussi causée par l’acceptation à s’asseoir autour d’une même table que le Chef de l’Etat par la frange qui était chez le médiateur de la République, Me Alioune Badara Cissé.

Même si Zoumaro a confirmé que le Collectif ne voyait aucun inconvénient à rencontrer Macky Sall, il a précisé qu’une telle action serait assujettie au fait d’abord que leurs camarades Guy Marius Sagna, Fallou Galss Seck et Ousmane Satr soient libérés. « Nous ne sommes pas fermés. Nous sommes ouvert à toutes les sollicitations. Tous ceux qui peuvent contribuer à la réussite de ce combat pour la baisse du prix de l’électricité et la libération de nos concitoyens, sont les bienvenus » a soutenu Oumar Waly Zoumaro

Revenant leur principe concernant la mise en place de cette plateforme, c’est le coordonnateur de Y’en a Marre, Aliou Sané qui rappelle que le Collectif n’ a pas reculé d’un iota en ce qui concerne le combat contre la hausse injustifiée du prix de l’électricité.

Mieux il renseigne que le Collectif continuera sa campagne de sensibilisation auprès des autorités religieuses et personnalités du pays. Le Collectif compte ainsi s’appuyer sur les documents de la Senelec, à en croire Aliou Sané, pour démonter son argumentaire qui a été suivi d’une multitudes séances de justifications toutes erronées. « Ce n’est donc pas que par la manifestation que Noo Lank va agir » a précisé Aliou Sané.

Une série de visite de proximité est prévue dans les marchés et dans différents espaces publics afin d’échanger et d’expliquer aux populations, factures à l’appui, que l’Etat du Sénégal est entrain de pomper les sénégalais.

Afin de diversifier la sensibilisation sur la question, Pr Malick Ndiaye a exposé les traductions qui ont été faites dans les langues nationales telles que le Diola, le Puular, Mandingue, le Soninke.