Le DGASE a posé des actes majeurs consistant notamment à délocaliser la Journée internationale du migrant (JIM). les travaux d’échanges et de partage sur la question migratoire, à l’intérieur du pays en lieu et place de la capitale. L’objectif étant d’oeuvrer à endiguer la migration irrégulière.

Cette innovation s’inscrit résolument dans le processus de territorialisation de la politique migratoire matérialisée par l’ouverture de Bureaux d’Accueil, d’Orientation et de Suivi des Emigrés (BAOS) logés dans les Agences régionales de Développement (ARD)

Comme la veille à Tambacounda, le Directeur général d’appui aux Sénégalais de l’Extérieur (DGASE) a pris part mardi dernier à Kolda à un atelier technique pour discuter de questions essentielles autour de la migration. C’était pour lui, une façon d’établir également le contact avec l’ARD, les BAOS, les Associations de migrants et autres ONG.

Amadou François Gaye, a en outre, remis un lot de matériel informatique aux représentants de l’ARD pour le compte des BAOS. Par ailleurs, le DGASE s’est dit à l’écoute des acteurs pour voir comment, ensemble, améliorer les choses dans le secteur. Rappelant au passage que dans le dispositif en place, Kolda demeure un élément essentiel, au regard du nombre de migrants qui y sont issus. La région, est par ailleurs, très en avance par rapport au reste du pays, dans la mise en œuvre d’initiatives de soutien au migrants de retour mais également de lutte contre le phénomène de la migration irrégulière. De l’avis du DGASE, Amadou François Gaye, la franche collaboration avec les autorités déconcentrées, dont le gouverneur de Tambacounda et ses services, sont à l’origine des résultats obtenus à ce jour.

Le Ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur (MAESE), avec le soutien technique et financier de l’Union européenne, de l’OIM ainsi que de la Coopération espagnole, la Coopération allemande et la Coopération française, a organisé à Sédhiou, les 18 et 19 décembre 2019, la Journée Internationale des Migrants (JIM), pour commémorer l’adoption de la convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille du 18 décembre 1990.

La célébration de la JIM, inscrite dans l’agenda du MAESE, participe, notamment à dissiper les préjugés, les idées reçues et les stéréotypes sur les migrants. Elle magnifie aussi leur contribution dans les domaines économique, culturel et social, au profit tant de leur pays d’origine que de leur pays de destination. Le thème retenu pour cette année est « la cohésion sociale ».

.