Le secteur de la pêche vit des heures sombres dans le département de Dagana avec ses 3500 acteurs qui semblent avoir été laissés à eux mêmes.

Selon Mamadou Fall, le chef de service départemental de la pêche, le secteur dans la localité fait les frais d’un manque notoire de moyens. « D’abord, le poisson se fait rare dans la zone. Ceci est la faute aux barrages de Diama et de Manantali qui ont forte contribué à la baisse de la reproduction des poissons surtout en ce qui concerne leur ovulation dans le fleuve. Sur le plan technique, le personnel est inexistant avec seulement deux techniciens dont les moyens de déplacement sont rustiques. L’unique pick up qu’ils utilisent a prés de 15 ans d’age » a renseigné le chef de service départemental de la pêche à Dagana.

Pour Mamadou Fall, le secteur souffre aussi du caractère obsolète des textes de loi et règlements qui régissent la pêche. « Au moment où je vous parle, nous sommes régis par la loi 63-20 du 12 juin 1963 et son decret d’application. c’est deux textes ont été rédigés sous Senghor. Entre temps, beaucoup de choses ont changé et cela nécessite une modernisation de la pêche continentale » a suggéré Mamadou Fall.

Ne voulant pas rester les bras croisés, le chef de service départemental et surveillance de la pêche à Dagana a déja suggéré la mise en place de projets comme l’érection du marché au poisson à Richard Toll.