Le Nigérian Aliko Dangote reste l’homme le plus riche d’Afrique avec ses 6048 milliards FCFA soit un montant de 10,3 milliards de dollars selon le magazine Forbes. Dangote est actif dans les secteurs du ciment, du sucre et de la farine. Il est directement suivi par son compatriote Mike Adenuga qui s’active dans les télécoms et le pétrole.

Ces Nigérians sont surveillés de près par les sud Africains Nicky Oppenheimer dans les diamants et Johann Rupert dans les produits de luxe, qui occupent successivement les 3è et 5è places avec 7,3 mrds de dollars et 5,3 mrds de dollars. Mais, à la 4è place se bouscule l’Egyptien Nassef Sawiris avec ses 6,3 milliards de dollars acquis dans les secteurs de la construction et des produits chimiques.

Ce classement qui enregistre la sortie de 4 géants africains de ce lot, note également un coup de recul de Dangoté sur un montant de 2 milliards de dollars du fait de la chute de 20% du prix des actions de Dangote Cement qui reste son actif le plus prestigieux.

Le plus jeune milliardaire a 44 ans, et le plus agé en a presque le double

Le plus jeune milliardaire de ce ranking n’est autre que le Tanzanien de 44 ans, Mohammed Dewji le PDG de METL, un conglomérat tanzanien fondé par son père dans les années 1970. METL est active dans la fabrication de textiles, la minoterie, les boissons et les huiles alimentaires en Afrique orientale, australe et centrale. Il pèse 1,9 mrds de dollars et occupe la 14è place sur la liste. Il est présent dans au moins six pays africains et a pour ambition d’en étendre plusieurs autres. Dewji, le seul milliardaire de Tanzanie, a signé le Giving Pledge en 2016, promettant de donner au moins la moitié de sa fortune à des causes philanthropiques.

A son opposé en termes d’âge, il y a le Marocain Othman Benjelloun, PDG de BMCE Bank of Africa, présent dans plus de 20 pays africains. Il pèse 1,7 mrds de dollars et occupe la 15è place du classement. il est présent dans les secteurs de la banque, la construction et les télécoms.

Seulement 2 femmes, quand la parité n’est pas milliardaire

Elles ne sont que deux femmes à bousculer la patriarcat dans la cour des milliardaires. Il s’agit de Isabel Dos Santos, la fille de l’ancien président de l’Angola et Folorunsho Alakaji.

A la 8è place du classement avec 2,3 mrds de dollars, Isabel Dos Santos détient des actions de sociétés portugaises, dont la société de télécommunication et de télévision par câble Nos SGPS. Son porte-parole a déclaré à Forbes qu’elle « est une femme d’affaires indépendante et un investisseur privé représentant uniquement ses propres intérêts ».

Debout sur 1,1 mrds de dollars et occupant la 19è et dernière place de ce classement, Folorunsho Alakija est vice-président de Famfa Oil, une société d’exploration pétrolière nigériane qui détient une participation dans Agbami Oilfield, un actif offshore prolifique. Les partenaires de Famfa Oil comprennent Chevron et Petrobras. La première entreprise d’Alakija était une marque de mode dont les clients comprenaient l’épouse de l’ancien président nigérian Ibrahim Babangida. Le gouvernement nigérian a octroyé à la société Alakija un permis de prospection pétrolière en 1993, qui a ensuite été converti en un bail d’exploitation minière.

Tout le classement ici https://www.forbes.com/africa-billionaires/list/#tab:overall