C’est en rappelant d’emblée, que le Président de la République prête un intérêt capital aux questions liées à l’environnement qu’il a mis en place l’agence sénégalaise de la reforestation et et de la Grande muraille verte confiée à Aly Aidar, que le ministre de l’Environnement et du Développement durable a insisté sur la place prépondérante de la question dans le PSE. Il s’agira ainsi d’œuvrer au reverdissement du pays et à la protection de son environnement à travers le programme du PSE Vert.

Pour le ministre Abdou Karim Sall, ce programme de reforestation qui est un projet national permettra au aux villes et aux villages du pays de changer de visage. Au delà de la vision et des professions de foi, Abdou Karim Sall renseigne que c’est un programme qui permettra la création de 10 mille emplois de jeunes par an soit un total de 50 mille sur les cinq ans. « Cela correspond également au programme de reboisement dans les villes, les campagnes. et les forêts. Le Sénégal a besoin de forestation et de reforestation d’envergure. Il y a urgence à travailler avec les populations car on perd annuellement 40 mille hectares de terres alors qu’on en reboise que 20 mille hectares. C’est un large gap » a renseigné le ministre.

Pour lui, la question de l’environnement n’est pas intrinsèque aux gouvernants, mais c’est une affaire des populations. Il prend ainsi les exemples de l’inde et de l’Ethiopie qui ont pu réaliser des records en plantant successivement 66 millions en 2017 et 353 millions en 2019 en 12 heures. .

Non sans manquer de dénoncer que le phénomène de la coupe abusive des arbres qui était plus récurrent dans les régions sud du Sénégal, a été plus ou moins déplacé vers le nord. Mieux, il annonce que des actions énergiques ont été prises avec les autorités locales pour veiller à ce que du bois soit protégé dans le nord. « La lutte contre le trafic de bois et la coupe abusive de bois est une préoccupation majeure du gouvernement » a indiqué le ministre.

« Le défi de Bohn avec l’Union internationale de la conservation de la nature (UICN), une initiative du gouvernement allemand visant à régénérer et reforester sur une superficie de 150 millions d’hectares, a été revue à la hausse, à l’horizon 2030, à 350 millions d’hectares lors du sommet sur le climat à New York. En guise de contribution, le Sénégal s’est engagé à reboiser 2,5 millions d’hectares. A travers la table ronde autour de ce défi de Bohn tenue au Sénégal, en partenariat avec la CEDEAO, on s’est rendu compte que dix pays de la région s’étaient engagé à reboiser 26,1 millions d’hectares à l’horizon 2030. Pour le Sénégal on s’est donc engagé à en faire 2 millions à raison de 200 ha par an » a souligné le ministre de l’Environnement et du Développement durable.

Ramenant le ratio des prouesses réalisées par les Indiens et les Ethiopiens aux populations desdits pays à celui du Sénégal, le ministre Abdou Karim Sall est convaincu que le Sénégal peut réussir la mesure de reboiser jusqu’à 45 millions d’arbres au vu de la population que nous avons.